"Je veux consommer mieux." Voilà un crédeau qui nous anime, notamment depuis que je suis commerçante indépendante. Etre à son compte, c'est avoir du mal à boucler les fins de mois, et c'est aussi apprendre beaucoup sur les mécanismes commerciaux. C'est avec ces deux outils en mains que nous essayons, pas à pas, de changer notre manière de consommer. 

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de l'Economie Sociale et Solidaire. 

Je ne vais pas m'étaler sur toutes les formes de l'ESS, parce que je ne maitrise absolument pas le sujet! Je vais vous parler des 26,60€ que nous avons dépensé lundi dernier, ça, c'est à ma portée.

Nous sommes allés dans 2 lieux différents : le premier, on y a dépensé 14,60€. C'est qu'on avait besoin de semis pour notre jardin. L'envie de faire pousser nos tomates, salades et courgettes nous a poussé à pousser la porte des Serres de Nogentel. Là-bas, ils utilisent les serres horticoles et maraîchères pour faire de la réinsertion professionnelle. On appelle ça un Dispositif de Chantier d'Insertion, et l'équipe se renouvelle tous les 6 mois. Du coup, ça nous permet, à nous, d'équiper notre potager sans trop de frais... 

Pour 14€, nous avons eu droit à 14 pieds de tomates diverses et variées, 2 pieds de courgettes, 1 pied de concombre, 1 de poivron. J'ai même tenté le petit pied de lavande (un vieux fantasme pour mettre sur le coin à côté de l'escalier...) et les 6 semis de laitue, feuille de chêne, et autres salades fraiches pour l'été!

serres nogentel

Nous avons pris un sacré plaisir à planter tout ça, les mains dans la terre, et les marmots qui se sont pris pour de vrais petits jardiniers!

Et puis Ninou avait besoin de robes et Titou de bermudas pour mettre leurs petites gambettes à l'air! Alors nous sommes allés à Ding Fring. Pour 12€, nous avons dégôté 3 robes, 2 Tshirts, 2 bermudas (Orchestra, Sergent Major, et même de l'estampillé Made in France!! :D ). Ninou est ravie, elle a trouvé une belle robe qui tourne...

ninou ess1

En plus d'avoir un intérêt social, la friperie est pour nous d'un grand intérêt écologique. En achetant du seconde main, on va au bout de l'utilisation des objets, on fait des courses de vêtements Zéro Déchet (pas de sac, pas d'étiquettes, pas de pubs inutiles...), et en plus, s'ils trouent leurs fringues à l'école, on s'en fiche! D'ailleurs, on se sépare aussi de nos textiles par cette voie. Ceux en bon état seront remis dans le marché, et les autres seront transformés en isolation, par exemple.

Qui sait, peut-être que sous le plafond de nos combles vont se retrouver les restes de nos vieilles culottes...