maternit_

Elles sont belles, jeunes, pimpantes et étincellantes. Elles portent fraîchement la vie dans leur ventre. Elles se sentent entières et fières... Elles se sentent étranges, fatiguées, sensibles aux odeurs, envie de vomir... Elles vomissent, elles sont fatiguées, heureuses mais étranges. Les nausées sont passées, enfin elles peuvent de nouveau respirer, tout cela est fini, elles savourent leur ventre qui s'arrondit. Tout cela est fini, pensent-elles. Mais elles n'avaient pas vu que c'était seulement un avant goût de leur nouvelle vie. Elles savourent leur grossesse et ce ventre qui s'arrondit, elles se projettent avec leur tout-petit, le coeur plein d'amour, les yeux rieurs, le ventre rempli. Confiantes et sereines. 

Elles rencontrent leur bébé. Un superbe accouchement. Oh, c'est vrai, ils m'ont fait ça, et ça aussi. Mais c'était parfait. Mon bébé est en pleine santé, c'est le principal. Bon c'est vrai, ils ne m'ont pas trop écouté sur mes envies de pousser, sur ma manière d'accoucher, mais c'est pour le bien de mon bébé. Bon, c'est vrai, ils n'ont pas pris au sérieux mes douleurs post-partum, mais mon bébé va bien. Bon, c'est vrai, ils n'ont pas accompagné mon envie d'allaiter, mais mon bébé grossit, c'est le principal...

Tout va bien. Mon amour, tout va bien. Tu grandis, tu grandis bien. Mais j'ai l'impression que je n'y arrive pas. Envie d'allaiter, te porter, dormir avec toi pour mieux t'accompagner, mais ça ne va pas. J'avais acheté une superbe écharpe rien que pour toi, j'avais convaincu ton papa qu'il fallait que tu dormes contre nous. Mais tu pleures. Tu sembles embêté dans ton petit corps, et moi, je suis là, spectatrice épuisée et impuissante. Je pensais tellement que ça allait être facile! Pourquoi personne ne m'avait dit? Je pensais que si j'étais une maman maternante, tu serais heureux, mon bébé. Je pensais que si j'étais seulement à l'écoute de tes besoins tu serais bien. Mais tu pleures, tu pleures, tu m'épuises. Je ne peux rien faire d'autre que toi. Toi, toi, 24h/24, et la maison à nettoyer, les courses à ranger, les repas à préparer... Et puis cet accouchement où j'ai été mise de côté!

J'étais heureuse de porter la vie, sereine et confiante. J'avais lu tous les bouquins possibles pour être une bonne maman. Elles ont l'air de toutes y arriver. Pourquoi pas moi?

Et puis elle a trouvé une maman à qui elle a osé confier ses difficultés et quelques larmes. Oui, c'est dur. Oui, tu te perds dans la maternité. Tu te perds toi, tu perds ton entourage, tu perds qui tu es. Et c'est normal. C'est normal de se perdre, mais ce n'est pas normal de ne pas y être préparé. Oui, c'est normal que ton tout petit te prenne tout ton temps, mais ce n'est pas normal de culpabiliser. Oui, c'est normal de galérer à être mère, de ne pas savoir le consoler. Oui c'est normal de pleurer, d'être fatiguée, épuisée.

Alors pleure, ma douce. Pleure, parce que c'est tout ce qui te reste pour réussir à te redresser. Pleure, mais n'oublie jamais que tu es une maman extraordinaire. N'oublie jamais qu'avec ton gros coeur et tes bras chauds tu pourras faire des miracles. N'oublie pas que tu ne seras pas magicienne, que c'est normal que tu ne saches pas tout sur tout sur ton bébé, que tu n'y arrives pas. N'oublie pas de prendre soin de toi. N'oublie pas de prendre soin de lui aussi, d'accepter de ne pas toujours y arriver. N'oublie pas que parfois, il suffit seulement d'accueillir ses pleurs sans chercher à les étouffer. N'oublie pas que tu n'es pas obligée à passer tes journées à le bercer. N'oublie pas de souffler, d'avouer tes difficultés car on les a toutes rencontrées. N'oublie pas de prendre le temps, n'oublie pas de t'écouter. Et surtout, surtout, ma douce, n'oublie pas de venir voir cette maman si ta jauge à larmes est sur le point d'exploser...