journées rythmées

Voilà, on y est, nous sommes 2, ils sont 3. Nous sommes parents de 3 enfants. Je suis maman d'une petite fille, d'un petit garçon et d'un petit bébé. 

"Ca va?" "Plutôt bien! Nous prenons nos marques dans cette vie à 5. Nos journées sont rythmées!"

Nous prenons nos marques. Ninou et Titou nous ont surpris. Je crois qu'ils s'y sont mieux fait que nous, à leur nouveau statut. Grande soeur de deux petits frère, c'est sérieux non? Petit frère ET grand frère à la fois, c'est pas rien hein?

Papa d'elle, de lui, mais aussi de ce tout-petit-lui. Maman à la tête de ces trois petites têtes, mes épaules ne se sont pas élargies, et pourtant...

Pourtant, il faut assurer, autant que possible. Il faut assurer dans les limites que je me suis posée. Mes limites sont assez simples : Faire au mieux, ne pas en faire plus que je ne peux. A partir de là, ça va. Je ne culpabilise pas à mettre les grands à la cantine souvent, même lorsque je suis à la maison. Je ne culpabilise pas de les laisser à l'école pour la sieste et le goûter, même si j'aurai très bien pu les récupérer. Je ne culpabilise pas à mettre mon bébé tout contre moi, ou m'éloigner de lui quand je n'y arrive pas.

J'ai pris conscience d'une chose essentielle. Dans une famille, si la maman ne va pas bien, la famille ne peut pas bien aller. Ce n'est pas de la prétention, non, tout de même, je n'oserais pas! C'est un constat. En laissant les grands faire leur vie à l'école un peu plus souvent, nous nous occupons d'eux, nous prenons soin d'eux. Nous nous occupons d'eux car nous pouvons préparer leurs repas, nous occuper de leur linge, faire leurs courses, changer leurs draps, aérer leurs chambre, les nettoyer... en leur absence. Nous nous occupons d'eux en leur absence, oui c'est ça. Et nous nous occupons d'eux quand ils sont là, car tout le reste est fait. On joue avec nos petits jeux de société, on se chatouille, on raconte des histoires, on écoute de la musique... Et puis ils aiment rester à la cantine, ils y mangent bien. Ils aiment l'atmosphère intimiste du temps du soir à l'école, en petit comité, avec les copains qui restent aussi... Mes enfants sont des enfants indépendants. C'est comme ça qu'on leur apprend la vie depuis tout petit, savoir se faire confiance, se débrouiller, se gérer... Et je crois que de ce côté, on a bien joué. Même si parfois c'est peut-être un peu plus compliqué à gérer qu'un enfant soumis ou sur-protégé!

Alors c'est vrai, je vais vous l'avouer, on n'a jamais mangé autant de pâtes que depuis que Miettou est né. Mais on n'a jamais eu autant de temps pour profiter qu'avec ces 3 enfants. Parce qu'une chose essentielle guide notre quotidien : le lâcher-prise. Je crois que c'est lui, et rien que lui qui est la raison que tout va bien.

Lâcher prise, sourire et vivre, profiter d'eux, de leur enfance, car cela passera tellement vite qu'il ne faut pas le louper...

Nous aurons tout le temps de redevenir sérieux quand nous serons vraiment vieux...