95616749_o

J'y pense souvent, à cet allaitement-là. Heureuse, fière, nostalgique.

Il a duré 15 mois. 15 beaux mois, avec ses joies, ses peines, ses doutes, ses bonheurs.

Certains me diront qu'à 15 mois, ce n'est pas naturel d'arrêter de boire le lait de sa maman. Et pourtant, mon enfant a tout naturellement mis fin à cet allaitement. Les tétées de la journée ont disparu, puis celle du soir, et enfin, la précieuse, douce et tendre tétée du matin...

Elles m'ont d'abord dit "grève de tétées" alors c'est à ça que je me suis accrochée.

Puis certains utiliseront le terme "sevrage induit". Pourquoi pas. Après tout, s'il faut donner un nom à tout.

Moi je dis que mon bébé n'a plus eu envie de têter. Il nous voyait manger, il voyait sa soeur manger, et moi qui ne prenais pas le temps pour le faire têter en décalé. Alors, oui, il est vrai, il a peut-être seulement préféré manger comme nous, avec nous, tout le temps, tous les repas, comme nous, à chaque fois. Et je ne lui en veux pas.

Je vous l'avoue aujourd'hui, 6mois après la fin, j'aurai aimé qu'il dure encore, cet allaitement-là. Encore et encore. Je rêve parfois que j'ai toujours ce pouvoir-là.

Juste parce que je suis persuadée des bienfaits du lait de maman. Juste parce que j'aimais ces moments-là, lui et moi. Juste parce que, pendant les tétées, mon bébé savait se poser, se calmer... Comme j'aimerai aujourd'hui, pouvoir l'aider à se calmer, quand sa respiration commence à s'affoler...

Et puis, aussi parce que, au fond de moi, j'aimerai être la maman d'un bambin allaité.

Et pourtant, pourtant, je suis heureuse de l'avoir vu, seul, grandir. Heureuse d'avoir su lui donner les armes nécessaires pour s'éloigner de moi. Doucement. Comme un grand. Tout simplement.

Alors je préfère m'écouter, me persuader : "Mon petit a grandi. Il a arrêté seul de têter. Je l'ai laissé s'éloigner sans chercher à le forcer..."

Pour ne pas regretter. Ni culpabiliser...


Enfin, comprendre que j'ai voulu attendre 6 mois, pour vous en parler.

6 mois pour poser ces mots sur le clavier.

Me dire que je suis sûrement prête à voir cette page se tourner.

Et ne rien regretter.

Merci à vous, de venir poser vos yeux ici...